Archive pour Renault-16

Dónde están los calvos invisibles?

Posted in Mystère with tags , , , , , , , , , , , on juin 26, 2012 by J.J Gittes

En poste sur l’A9, les gendarmes de la BRI de l’Hérault, totalement hallucinés, contrôlent  une Renault-16  grenat de 1973 à plus de 250 km/h, La poursuite s’engage rapidement sur l’autoroute, heureusement déserte à cette heure matinale. A bord de leur Mégane-RS, les gendarmes somment le « fou du volant », un homme chauve d’âge inconnu vêtu d’une chemise  portant des inscriptions publicitaires vantant les mérites de la salade de museau, de s’arrêter. Ce dernier n’hésite pas à dévier sa trajectoire pour intimider les forces de l’ordre et les faire flirter à mort avec le rail de sécurité. La course-poursuite dure près de 35 minutes et les véhicules atteignent une vitesse inouïe. Le chauffeur, qui dévore de petits animaux rôtis tout en conduisant, ne manque pas d’adresse et semble habitué à ce genre de rodéo. La course poursuite s’achève finalement après la barrière de péage de Lunel où, surprise, le Fangio glabre se volatilise dans l’espace après avoir violemment percuté une fausse baraque à frites, provoquant la mort instantanée de deux scouts marins de la fraternité Pie X et de la prostituée franquiste qui dissimulait son activité professionnelle derrière les apparences de la convivialité ordinaire. D’après un retraité travaillant dans son jardin et qui aurait eu le temps d’apercevoir brièvement le « fou du volant », ce dernier aurait fait le geste bien connu signifiant « j’ai  les boules » juste avant d’entrer en collision.

Interrogé dans le cadre d’une conférence de presse, le capitaine Philippe Cossard de la BRI déclare que la question de pouvoir être invisible se pose : « les avis sont partagés et les premières explications qui surviennent, après cet événement intriguant sont les suivantes : devenir soudain invisible apparaît d’emblée comme un désir ambigu pour le type qui s’est volatilisé devant mes gars. D’un côté le pouvoir que cela lui conférait sur les autres était franchement exorbitant. Je m’explique : l’invisibilité est vue par beaucoup de gens qui réfléchissent comme une opportunité de répondre à notre curiosité à nous, les policiers. L’invisibilité, dans le cas de cette satanée Renault-16, ça a sûrement été un moyen d’offrir des potentialités au niveau de la conduite du véhicule, mais pas seulement. Ce chauve a mis l’invisibilité au service du crime, c’est sûr. Mais, en même temps, le problème est le suivant, et je peux vous dire que c’est très emmerdant : si la seule chose qui le retenait habituellement de commettre un crime avec sa voiture était le risque d’être reconnu, et si avoir la possibilité d’être invisible a pu l’inciter à faire ce qu’habituellement il ne faisait pas, alors, ne faut-il pas en déduire que, bien qu’ayant causé la mort de trois personnes, il n ‘a rien fait de mal dans  l’absolu, je veux dire en tant que chauve dévorant des petits animaux (comme cela a été rapporté par plusieurs témoins)? Y avait-t-il alors, au moment de la collision entre la Renault et la baraque à frites factice, une conscience morale du devoir qui interdisait à ce gars là  de faire une chose même s’il avait la possibilité de la faire quand même, je veux dire en toute impunité, grâce à l’invisibilité, vous voyez ? »

Deux heures après l’incident, la Renault-16 et son conducteur – qui pourrait être le même homme que celui déjà impliqué dans un trafic de mouches à merde à Bobigny – demeuraient introuvables. La consternation a fait place à l’émotion dans les rues tranquilles de Lunel où de nombreuses personnes viennent adresser un dernier hommage aux scouts et à la péripatéticienne face à une chapelle hyper-ardente où l’on peut lire ces mots terribles, empruntés au livret de présentation de l’automobile club de Santander de 1935 préfacé par Primo de Rivera: Pero, dónde están los calvos invisibles?

Importante saisie de mouches à merde à Bobigny

Posted in Mystère with tags , , , , , , , , , , on juin 20, 2012 by J.J Gittes

C’est dans une impasse donnant sur la rue d’Odessa à Bobigny que le SRPJ a saisi plus de deux cent kilos de mouches à merde raffinées soigneusement dissimulées dans la fausse cloison d’une baraque habitée par un mystérieux homme chauve. L’homme, parti sans laisser de traces et qui s’est enfui mardi aux aurores, nu à bord d’une Renault-16, serait le cerveau d’un vaste trafic de droseras élevées en toute illégalité dans le périmètre en friche de la station d’épuration de la ville. Les habitants de la baraque voisine, un couple de situationnistes brésiliens en exil (voir photo), seraient aux-aussi mêlés à cette affaire dans des termes qui restent à élucider mais qui ne font pourtant pas de doute, ces derniers ayant, pour leur part, avoué avoir caché des arbres à l’intérieur de leur canapé-lit et stocké des vidéos pirates pour le compte de leur étrange voisin . Le procureur de la République a par ailleurs décidé d’ouvrir une enquête après avoir visionné avec sa femme ces enregistrements choquants dont le contenu devrait bientôt faire l’objet d’une information publique.